Voter au premier tour, en pensant au troisième. Putain de Méluche !

A quelques jours du scrutin, on sent que le petit tyran fouette… Ils ont la trouille au ventre ou c’est juste ses cours de théâtre pour remobiliser les chèvres et les égoïstes ? Un peu les deux ?

Le moins bon, c’est que cela profite plutôt à Marine Le Pen, qui sera d’évidence l’alternative. Mélenchon n’a pas fini de se mordre de les doigts d’avoir délaissé la nation au profit des minorités au lieu de trouver la manière de faire le lien entre les deux (bon, on l’a assez dit sur cette page depuis 5 ans et son désastreux virage). Son autre grave erreur aura été de passer son temps à bouffer la laine sur le dos de ses petits camarades de gauche (ah, les éoliennes, le milliard pour Sandrine Rousseau, les wokeries diverses) au lieu de bétonner sur la vraie question centrale et unifiante du social.

Du coup, Marine Le Pen a occupé ce terrain laissé vacant par tous les autres et la voilà crédible en défenseur du pauvre et de l’opprimée. Femme, fille, mère-(célibataire) Patrie, pleine de cicatrices de la vie et des avanies familiale, calme dans les tempêtes et les trahisons, bref il ne lui manque qu’un fait d’arme de justicière, nous vengeant dans un duel contre le Corrompu (gouvernant la France au nom de Mc Kinsey), et nous nous diront qu’il vaut mieux une personne aimant mal la France qu’un agent des officines du gouvernement de la World Company.

Il est très probable qu’il ne reste pas grand chose de la Marine Sociale, une fois les législatives passées, l’alliance avec l’ultra-libéral Zemmour (plus néo-Reaganien que Pécresse) et surtout le face à face nationalisme-libéralisme acté. Disons plutôt le tête à tête, que pèsera le sort des pauvres et le destin des chômeurs, pour ne rien dire d’une France métissée déjà exclue du partage.

C’est sur ce point qu’il reste un espoir

Malgré la mine terreuse et déconfite prise par Mélenchon depuis une semaine, notamment à Toulouse. Il peine à cacher à ses troupes que c’est plié et suant d’angoisse, il voit lui qui rêvait de voir rouler les têtes des rois, la sienne sur le billot, comme son mentor Robespierre, le jour prochain ou il devrait annoncer son vote en faveur de Macron ou son abstention, laissant dans tous les cas dans l’histoire la pire marque de ses cauchemars, lui qui rêvait de la changer. Il reste un espoir.

Non pas celui de rattraper Marine Le Pen, mais celui d’être au second tour, bénéficiant d’une chute inédite du roitelet orgueilleux, tombant de tout son mépris de la campagne dans ses nombreuses casseroles. Trop de Français en rêve pour que ce soit impossible. Et comme le dit joliment Zemmour, « Impossible n’est pas Français » (ah, les jolis slogans qu’on aurait tant aimé chez Mélenchon façon 2017… Tiens, même un « Une autre France est possible ! » (laissé là encore à Dupont-Aignan) aurait fait l’affaire, plutôt que le slogan altermondialiste « Un autre monde est possible ! » qui peut servir à tout, mais convient fort mal à une présidentielle.

Oui, je veux croire possible un gros sursaut non pas en faveur de Mélenchon lui-même avec tous ses défauts d’homme et de politicien, ni de la gauche qui a tant déçu, tant trahi, mais en pour que soient présentes l’idée de justice sociale et le noble mot d’Egalité au second tour. Pour cela, Méluche devrait faire tapis avec les cocos. Partager en frère les circonscriptions des législatives, plutôt que de mourir en idiot avec eux.

Je partage moi, par avance toutes les critiques, toutes les réserves sur Mélenchon (mais il a aussi pas mal de qualités il faut être honnête), et toutes les critiques sur les fans pénibles de LFI (j’ai dû en exclure pas mal de ma page pour leur lourdeur ou agressivité) mais il y a plein de gens sympa et intelligents aussi chez eux. Mais mon souhait et mon vote porte sur la nature du débat qui structurera la France politique dans les cinq ou vingt ans (cf la réélection de Orban, car le nationalisme visiblement n’est pas autant synonyme de fin du monde et de rejet que les libéraux nous le disent).

Si le tête à tête de second tour oppose Marine Le Pen à Macron, c’est la France de Zemmour et Marion Maréchal qui en sera la synthèse. Si Mélenchon, lesté de toutes nos critiques, s’y glisse, la France de demain sera celle d’une opposition entre la question nationale et sociale. Ce n’est pas du tout, du tout la même chanson et pas du tout du tout les mêmes conséquences sur nos vies. Pensez-y.

Dans tous les cas, pour les gaullistes sociaux, pour qui l’ont doit concilier la France et la Sociale, De Gaulle et Louise Michel, cette élection sera une forme de deuil. Mais un deuil où nos idées gardent tout leur potentiel, si les libéraux et leurs officines de gouvernance sont renvoyés sur les marges de la République. Pour cela, pas pour ses errances ou son aimable caractère, il nous faut ce putain de Méluche au second tour !

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s