Présidentielle. Mélenchon-Zemmour, Jadot-Rousseau, Montebourg-Hidalgo… Des divisions qui nous laisseront l’addition

La grande partie du peuple français qui recherche un sens positif ou parfois une réponse à l’angoisse de sa disparition n’a pas dû sortir réorientée du débat Zemmour-Mélenchon.Pour Zemmour, noir c’est noir et le rôle du politique ne peut être que de mener la guerre civile préventive de crainte d’avoir à la subir.

Le léger inconvénient du postulat qui consiste à voir dans les noms et prénoms qui n’étaient pas représentés en France au XVIe siècle la preuve d’une guerre civile, outre sa totale falsification de la réalité (l’apport de millions de famille à la vie commune, le fait qu’ils constituent un des piliers du peuple français aujourd’hui, la grande diversité des situations, le fait que c’est la France qui est allée les chercher souvent après avoir pris leur terre etc, etc); c’est sa prophétie auto-réalisatrice. Si c’est la guerre civile, il n’y a plus d’issue, pour tous les gens normaux, que de s’aligner derrière les plus dingues des deux camps et de s’étriper à titre préventif… en criant « Allah Akbar ! » ou « Vive la France » mais surtout « je vous l’avais bien dit ma bonne dame. » Enthousiasmant.

Pour Mélenchon, bah… « C’est la créolisation », version joyeuse du démerdez-vous. En clair, c’est un processus culturel et le politique doit s’en laver les mains. On croit entendre comme un écho de ces années Mitterrand où les ministres de l’Homme de Jarnac disaient aux ouvriers qui perdaient leur emploi que « bah, c’est la mondialisation. »Je doute qu’un homme intelligent comme l’est le député de Marseille ne soit pas lucide sur la part de violence qu’induit le phénomène qu’il passe par perte et profit dans la grande moulinette du temps long de l’histoire. Tant pis pour les profs d’histoire égorgés, tant pis pour les violences ethniques, tant pis pour les attentats, tant pis pour la violence des cités, tant pis pour les prisons où l’on ne parle pas français, tant pis pour les victimes et les gens tyrannisés… ?

Pas sûr que les Français qui n’ont pas la chance d’être du bon côté des métissés cool se retrouvent dans cette perspective si ce n’est de grand remplacement, du moins d’une indifférence politique qui confine au remplacement électoral. « Tant pis pour la France rurale et périphérique, mon groupe parlementaire est élu de banlieue cool. J’ai choisi ?»Ce débat m’apparait comme plutôt négatif. Même si Mélenchon le gagne car s’y montre l’absence d’issue du Zemmourisme, le vide et le manque de dimension du personnage, et se prouve qu’il vaudra toujours mieux parier sur les solutions que de précipiter l’effondrement.Je l’ai trouvé, à l’inverse des commentateurs qui ne s’intéressent à rien, plutôt peu élevé. Les deux protagonistes se montrant aussi incapables de définir la France que par des concepts creux et surtout faux, d’identité ou de diversité. Il accrédite l’idée — utile électoralement aux deux parties en présence — de deux France irréconciliables et qui doivent s’opposer pour l’un ou s’éliminer pour l’autre. Pas sûr que cette partition nous soit utile à nous tous, au pays et à tout ce que nous allons devoir, l’effondrement écologique en premier lieu, affronter ensemble (ou en nous tapant dessus en plus).

Les Verts dans le fruit

Pour ce qui est de l’écologie, les Verts ne sont toujours pas outil utile pour lutter contre la catastrophe enclenchée qu’ils ont pourtant été les premiers à nommer.La division entre eux reste entre l’arrivisme de gouvernement de Jadot « des postes, des postes ! » et ce sera la solution (pour la mise au chaud de leur progéniture on veut bien croire, mais pour l’ensemble de la société on n’a jamais rien vu); et les idéologues éloignés du réel, condamnés à faire entendre leur musique sérielle à quelques oreilles minoritaires qui s’en délectent. Il y a quand même un vrai phénomène Rousseau — dont on peut souhaiter la victoire interne ce soir car l’expression de l’écologie reste plus utile que sa compromission — mais il touche un public aisé, urbain, assez déconnecté du reste de la société. Et tient, par son mélange avec l’éco-féminisme, à un genre de plus en plus pur de l’influence du néo-protestantisme de l’anglosphère. Bref, un cocktail détox au concombre peu fait pour nos méditerranéens des deux rives qu’opposaient le débat Zemmour Mélenchon.

Du côté Montebourg moins à dire — et encore moins à faire pour nous — car l’affaire se joue en interne des fans de Tonton se disputant l’héritage de la rose fanée. S’y précise l’OPA de l’homme de la Remontada sur les débris du PS vu que celui-ci a touché le fond du vide de son concept politique de fabrication de personnalités insignifiantes. On croyait le maximum atteint avec Hollande et le résultat que l’on sait. Hidalgo apparait comme la nullitude incarnée, plus même d’idée ou de chiffres… Juste être la candidate qui envoie de bonnes vib avec son rat porte-bonheur. Bonne route vers les 3% !Monter à l’abordage de ce vieux rafiot est pour le moment préféré à parler à toute la France. Bien joué ou dommage ? Selon.

Nous on est toujours pas renduille…

Bon dimanche à toutes et tous,

Langlois-Mallet

4Marie Yayer, Bernard Grollimund et 2 autres personnes3 commentairesJ’aimeCommenterPartager

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s