Révolution ! Engagé au côté des gilets-jaunes sans-culottes

Je vous recommande chaleureusement Révolution ! ce bon moment de télé et d’histoire et je dirais surtout d’actualité, tant ce docufiction semble nous parler de notre présent récent et du face à face entre deux France, celle d’En Marche et des Gilets-Jaunes.

Il s’agit de la première fiction historique qui met en scène le peuple de Paris, ou du moins celui « actif politiquement » des sections révolutionnaires de sans-culottes, face à la prise du pouvoir de la bourgeoisie parlementaire et qui du coup nous donne à comprendre la Révolution, non pas comme un mouvement d’avocats voltairiens apportant la lumières dans les ténèbres, mais pour ce qu’elle est : un choc très violent entre classes sociales. Un match à trois dans lequel l’aristocratie est très vite mise sur la touche et où la bourgeoisie parlementaire va à la fois utiliser le peuple révolutionnaire et le mater.

Si vous avez vu le fameux téléfilm pour collèges La Révolution Française, commandé par le Président Mitterrand pour le centenaire, le contraste est saisissant. A l’inverse de cette propagande pour les élites en place, Révolution ! prend le parti du peuple et nous donne à participer, caméra sur l’épaule, à la révolte de la France d’en-bas, contre les notables de Assemblée. Les fractures sont nombreuses : Qui est citoyen, qui vote ? Les notables ou tous les hommes, même les pauvres ? Et les femmes ? Veut-on d’une constitution à l’Anglaise, avec un monarque, ou d’une République ? En faisant parler les pauvres, Révolution montre les vraies lignes de fracture. Bien sur, on pense au film de Peter Watkins, La Commune qui avait la même approche. Faire d’un évènement historique un reportage d’actualité. Dynamiser l’histoire par le présent.

Comme tout parti pris fort, il y a bien sur de gros manques. Les députés révolutionnaires historiques, de droite et de gauche, deviennent un peu transparents, de simples figurants, le roi lui, carrément absent; certains évènements majeurs (la guerre civile, la Terreur) sont comme floutés et les massacres de Septembre par exemple sont excusés, presque justifiés. Bref, la Pravda. Mais c’est politiquement actif justement en raison de ce parti pris. En s’engageant, sans trop s’embarrasser de bonne foi, Révolution ! rétabli un équilibre, nous donne à voir un point de vue populaire, sans-culottes, qui existe bien sur chez les historiens (par exemple, Une Histoire de la Révolution de Eric Hazan), mais manquait jusque-là à l’image. Révolution ! n’est donc pas « LA » vérité, mais un angle qui clarifie notre passé et donc « en même temps » notre actualité politique.

On se prend à rêver d’une troisième série qui nous donnerait les points de vue qui nous manquent. Celui de Louis XVI d’abord, comment un roi, qui vient de vaincre l’Angleterre sur mer et donner son indépendance aux Etats-Unis, décide t-il d’enclencher t-il ce processus très révolutionnaire des Cahiers de Doléances, rédigés dans tout le royaume et lié du doublement des députés du Tiers-Etat ? Mais encore un point de vue qui sorte de Paris et nous donne à voir cet autre peuple, celui des campagnes, à la fois fidèle à la monarchie, catholique et brûlant les châteaux. On aimerait entendre les aristocrates aussi.

Ce qui nous donnerait le triptyque complet du conflit entre le pouvoir central de l’Etat, l’anciennes élite, les bourgeoisies et leS peupleS. Les Français seraient sûrement mûrs pour métaboliser le choc politique que représenterait la mise à nu de toutes les pièces du puzzle du mythe fondateur de la République, pas sûr que son système de production de fiction lui y soit prêt…

Langlois-Mallet 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s