Mairie de Paris. Ça panique donc tant ?

La municipalité parisienne communique en mode crise en ce moment. Non, ce n’est pas le Covid. Un besoin soudain d’amour ou la découverte d’un gouffre d’estime avec les Parisiens.

Ils ont lancé des tas de campagnes de pub participative-bidon à leur habitude. Du genre « vos idées nous intéressent » (après avoir éteint toutes les voix et toutes les initiatives); et puis ils ont enchainé, pour ranimer la flamme éteinte, avec « dites votre amour de Paris on le publiera » (n’ont répondu que ces écervelés qui sont « montés » à Paris, comme les petits cadres Rastignac de la ville, et qui donc ne connaissent rien de Paris que la course à la vanité qui les émerveille).

Puis leurs agences de com’ en ont pondu une autre pour te faire la morale, en te disant comment te conduire dans ton couple pour embrasser au moment politiquement correct (que je plains ces baisers sortis des agences de com’ et leurs amants sous cellophane); et leur désespoir allant sans doute croissant, ils ont sorti pour la première fois le dernier argument et tenter (enfin ?) de se rapprocher de ce que tous les Parisiens (et même les touristes) disent :

Ainsi leur dernière pub vidéo sur Facebook se lance : « On dit parfois que « Paris s’enlaidit » ou que « Paris n’est plus Paris »… Selon vous, à quoi doit ressembler Paris ? Donnez votre avis ! La consultation sur la nouvelle esthétique parisienne commence aujourd’hui, rendez-vous sur notre site » avec une vidéo à l’appuis d’un premier élu, inconnu dans la ville, mais qu’il faut lancer dans l’urgence dans le bain médiatique au cas ou le fauteuil de la Dame serait vaquant pour cause de soudain besoin pressant de campagne présidentielle. Les réponses des internautes sont à la hauteur de la colère et la pub Facebook de la mairie se transforme en comique volée de bois vert. La promotion de la page a d’ailleurs sans doute été stoppée par l’agence pour limiter la contagion…

Que répondre à aux municipaux ? Oui, vous avez tué Paris. Le PS avec l’aide du RPR il faut dire. En une cinquantaine d’années. En virant le populaire, l’âme de la ville et en le remplaçant par le consommateur parvenu. En éventrant les Halles, le ventre de Paris. En détruisant les quartiers populaires pour les remplacer par des barres d’immeubles. En abandonnant la vie des quartiers historiques aux touristes vides. En remplaçant les librairies par des Duty-free.

En virant les étudiants, les métiers… En tuant un à un tous les petits lieux libres, de culture populaire, comme les cafés concerts. En dépossédant les Parisiens de 1000 ans de fabrique et d’expression de la ville pour en faire la voix unique et moralisatrice d’une administration agence de com’ à bout de souffle.

Vous vous faites réélire en loucedé pendant une campagne inexistante sous couvre-feu, avec des clones minables comme adversaires, j’avoue. Et maintenant vous voulez quoi encore, quoi de plus ? Qu’on vous félicite sur le cadavre ? Qu’on vous aime ?

Non. Je crois que nous expérimentons jusqu’où peut aller une institution politique en roue libre, qui n’en a rien à faire des habitants.

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s