8 mars. Les femmes seront-elles plus libres dans un monde qui s’écroule ?

Je ne saurais trop préconiser à mes camarades mâles la grève du sexe. C’est une hygiène qui a l’avantage de faire tomber les masques et permet de voir qui – quoi que l’on raconte – est en plus grand besoin.

Cela me paraitrait la meilleur réponse à l’océan de bêtise que le néo-féninisme sociétal fait pleuvoir. Devant l’obsession de clito gonflable, d’éloge du vibromasseur, de mise au pinacle de l’homosexualité féminine et l’orgie de déconstructions diverse… devant le torrent des récriminations des gentilles contre les méchants, quand ce n’est pas carrément l’identification d’un sexe à victime et l’assignation de l’autre à bourreau, on reste sans estime, donc aussi sans désir.

Il y a pourtant si longtemps que l’on pratique la parité (voir plus) des taches ménagère; que l’on porte les plaintes des mères; que l’on élève parfois seul les enfants de génitrices obsédées par leur carrière; que l’on assure matériellement; que nous sommes des virtuoses du plaisir de ces dames au plumard; qu’il parait superflus – sauf pour les masochistes qui sont sans doute les mêmes que les Castors qui s’apprêtent à réélire Macron à contre-coeur au 2e Tour – de boire à grande rasade la sève du marronnier médiatique des 364 jours par an du culte de la Mater Dolorosa.

Tournant en rond et à mesure plus fâchées qu’elles sont plus solitaires au fond, nos contemporaines semblent être la première génération depuis les mêmes l’âge des cavernes à avoir perdu tout pouvoir d’enchantement. Mais finalement, la vraie raison, la plus forte, d’être lassé par le battage médiatique convenu de ce jour conventionnel du 8 mars tient en un point. Derrière tout ce tapage, le droit des femmes avance t-il ? Non Simone, il recule !

Comme si ce barnum culturel et sociétal, de moeurs et de débats sexuels n’avait qu’un seul but, détourner l’attention du fait que la condition des femmes, en premier lieu l’égalité salariale premier vrai outil de choix, non seulement n’avance pas, mais va considérablement se dégrader dans les décennies qui viennent. Et pas seulement parce que les pénuries d’électricité mettraient en panne les jouets nocturnes autnomes et connectés des petites célibataires névrosées. Pas non plus parce que la gente masculine aurait manqué, dès le plus jeune âge, le catéchisme de la cartographie détaillée des plis, replis ou sous-plis des zones humides, ou aurait manqué d’assiduité à la grave études soucieuse des flux menstruels.

Il en irait ainsi de la place réelle des femmes, comme de toutes les causes égalitaires que la politique a abandonné en faveur de grands messe-concerts façon Touche pas à mon pote (non-mixte ici bien sur) . Sans doute plutôt parce que si les droits des femmes ont progressé, elles le doivent à une prospérité économique à laquelle nous sommes en train de dire adieu. Parce que nous disons adieu, sans même nous en apercevoir, à toutes les libertés publiques. Parce que nous sommes une civilisation sans âme, sans imaginaire, sans perspective qui s’enfonce dans tous les replis aigres. Parce que l’effondrement de la vie sur Terre va de toutes les manières nous placer dans de terribles régressions, dans lesquels il n’y aura que deux catégories : les riches et les pauvres et que l’on verra alors ces derniers seront surtout des dernières.

Et qu’il y a bien une certitude, c’est que quand la société progresse, les femmes en sont les premières bénéficiaires et quand elle s’effondre, elles seront les premières sous les décombres parce qu’elles sont de fait les métronomes de la vie, du couple, de la famille et de la société. Que tout tourne autour d’elles. La preuve, quand elles tournent en rond autour de leurs vide, comme c’est le cas actuellement, toute la société s’emmerde comme jamais. Elles les premières… C’est sans doute le message qu’elles cherchent à nous faire passer.

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s