LREM, à quoi bon le filet ?

Cela ressemble à un exode de cadres déprimés par des rumeurs d’annonce d’un plan social… Les députés chèvres, recrutés sur CV par le chef et Madame, savent leurs jours comptés. Le groupe se vide et, d’écrasant, est passé minoritaire au fil des défections.

Il y a deux jours, c’était un énième départ de députés; hier dimanche, encore une rouste mémorable aux élections partielles dont on ne parle même plus vraiment (l’un de ses aspirants députés à fait… 500 voix !). Aujourd’hui, c’est le député du XXe (mais l’y a t-on déjà vu ?) Parait-il numéro 2 (mais de quoi ?) du parti fantôme qui démissionne. LREM n’aura été qu’un leurre destiné à la prise du pouvoir. A l’image des rêves d’école de marketing d’une campagne présidentielle attrape zozos.

Politiquement, et tant que rien de profondément enthousiasmant n’émergera, il n’y a pourtant pas grand chose à espérer. Le cancer macroniste fait métastase dans plein de micro-partis satellites. Ils se recomposera sous un nouveau logo le moment voulu, donnant l’illusion de la fédération. Et, profitant de la dépression politique actuelle, Mercure déguisé en Jupiter se fera probablement réélire rhabillé en Pluton détestant l’écologie; en rempart contre les hidjab; ou selon, sur la peur du loup Le Pen… grâce à un battage médiatique de tous les diables et tous cas.
Avec cette fois une majorité trouvée à droite – plus quelque Valls ou autres membres de l’intemporel parti des arrivistes pour maintenir l’illusion du « en même temps » – le tout pilotée par les sarkozystes, dont il sera l’otage inerte. C’est du moins le plan.

Et les Playmobiles© eux, avec une ligne de plus sur leur CV et beaucoup de honte, retourneront à leurs start-up en pleurnichant qu’ils ont « essayé ». Ben oui quoi, on ne va pas demander aux représentants de réfléchir avant de se présenter, puisque les électeurs ne le font pas !

Leur abandon après usage me rappelle la fable du Mulla Nasrudin qui apprenant que le calife recherchait un grand visir vertueux, c’était enveloppé d’un filet de pêche avant de se poster sur son passage.

– Que fais-tu avec ce filet mon bon Nasrudîn lui avait-il demandé ?

– C’est pour me souvenir de mes modestes origines, mon père était un pauvre pêcheur…

Il fût bien sur nommé grand Visir et s’empressa de se couvrir de pierreries et de soie.

– Mais où est ton filet demanda le calife ?

– A quoi bon le filet quand le poisson est pris ?

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s