Nuit du 4 août : Pour républicains (avec réserves)

Je suis plus que dubitatif sur cette fameuse nuit tant vantée qui me parait bien surfaite. La première fois que j’ai eu des doutes, c’était en discutant avec des petits producteurs indépendants de vins de champagne. Ils m’ont conté que toutes les nombreuses « Veuves » ceci et cela du champagne et autres grandes marques célèbres s’étaient édifiées sur les ruines de communautés villageoises.

Quelques affairistes escrocs – il y en eu infiniment pour s’enrichir dans la période à commencer par Danton lui-même – ayant profité de la Révolution pour faire main basse sur des biens auparavant collectifs. L’entourloupe étant possible parce que les vignobles étaient sous le vocable d’un saint-patron, ce qui permettait de les dénoncer comme bien ecclésiastiques. Les futurs trusts n’ayant plus qu’à faire main basse sur les biens paysans…

Ne me regardez pas comme un spécialiste de la question. La chose demande à recevoir d’autres éclairages (les vôtres si vous en avez), mais met tout de même la puce à l’oreille quand on voit aujourd’hui que si les privilèges de l’Eglise et de la noblesse sont en effet tombés en désuétude cette chaude soirée versaillaise là, cela doit être très vite complété par le fait qu’au nombre des privilèges certains étaient ceux du peuple aussi et que des parlementaires pouvaient y avoir intérêt. La plupart des députés représentant déjà, sur un modèle que l’on connait encore aujourd’hui, moins le peuple (paysan à 80% au XVIIIe siècle), que les bourgeoisies urbaines intéressées à la disparition de tous les privilèges, particularismes et collectivisation, dans la mesure de leur remplacement par un seul, celui de l’argent et donc un peu de la naissance. En Marche… avant l’heure ?

Quand à la noblesse et au clergé se dépouillant volontairement de leurs privilèges… cela tient un peu de la fable. De nombreux historiens ont fait remarquer que le coup fatal à la féodalité avait été porté par la monarchie absolue, de Richelieu à Louis XIV. Il ne s’agissait en 1789 selon l’expression d’Eric Hazan « que de déblayer les débris ».

La réunion des Etats-Généraux de 1789, n’avait-elle pas déjà comme objectif affirmé, le consentement des ordres privilégiés à l’impôt ? Selon une méthode énoncée dès l’ouverture, que les ordres privilégiés y renoncent eux-mêmes (pour éviter les contestations juridiques).

Un peu comme « l’invention en 1789 » du doublement des représentants du Tiers et le vote par tête plutôt que par ordre, qui existe depuis onze ans déjà, dans le système mis en place dans les assemblées provinciales par Louis XVI (voir Giraud de Coursac) et qui réunissait par exemple en Berry en 1778 douze membres du clergé, douze gentilshommes propriétaires et vingt-quatre membres du Tiers Etat (liste nominative sur Wikipedia).

Le 4 août, il se passe simplement que dans le sillage de la Prise de la Bastille le 14 Juillet 1789, le peuple bout d’impatience partout devant la lenteur, le formalisme et l’improductivité de l’Assemblée, que dans plusieurs régions les châteaux (ou parfois seulement les terriers et autres archives de la noblesse) brûlent (Gilets-Jaunisation) et qu’il y a urgence pour l’Assemblée Nationale a envoyer des gages de son travail réformateur, on dirait aujourd’hui « à envoyer des signaux positifs »…

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s