Un exemple de l’artificialisation de Paris par la mairie « écolo »

A Belleville, après avoir détruit méthodiquement toutes les enclaves de vie culturelle spontanées et après avoir remplacé la culture vivante par les réseaux du marché de l’art bobo; ils ont soudain décidé que le quartier serait propice à concurrencer Berlin et Barcelone (Pourquoi Dieu ? Qui leur demande ? Quelle élection en a donné mandat ? ) et qu’il faudrait implanter massivement sur nos collines, une offre de tourisme festif à destination des jeunes (ce qui permet au passage d’arroser quelques réseaux d’entreprises « amies » qui poussent judicieusement sur ce créneau hôtelier).

Du coup, chaque grosse opération immobilière dans les environs prépare une de ces structures destinée à faire du flux de d’jeune, à organiser du débit de bière et de vomi, pour augmenter artificiellement les stats du tourisme d’une ville qui ferme déjà ses crèches et ses écoles (et qui doit même regrouper ses mairies du coeur historique, faute d’habitants, à cause des immeubles transformés en hôtels ou en Airbnb).Problème. En choisissant (sans nous le dire) un Paris machine à cash à une ville habitée, la politique touristique de Paris tue Paris même. Les gens déambulent dans une ville prévisible, insincère, un Disneyland de plus fait pour leur vendre des babioles, une ville sans âme pour ceux qui y vivent donc qui n’a rien que des façades et de vieilles pierres à offrir au visiteur.

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s