Idiots utiles. Au grand concert des Castors

Evacuons d’abord l’écume pour parler du fond ? On me dit que j’oublie ceci ou cela dans le dossier Polanski ? Je n’oublie pas grand chose, parce que j’ai avoué que cela ne m’intéresse guère*. Ce qui me sidère, ce sont les Castors, leur nouveau barrage et la prochaine défaite qu’ils nous préparent.

Je trouve que la thématique de leur émoi n’en est pas cernée et leur confusion ne me parle pas. La domination masculine ? L’impunité des puissants ? La protection de l’enfance ? Les femmes victimes des hommes ? L’outrage que le film politiquement correct lesbien n’ait pas eu le prix ? Le fait que le prix soit allé à un film dont la personne du réalisateur est au centre d’une polémique datée ? Un peu tout ça et à la sauce Despentes quelques amalgames de plus sur les retraites et le 49.3 assorti de jurons, de pétards et d’effluves d’alcool ? On est censé faire quoi à part snifer un grand coup ensemble ?

Ah, oui, « se casser » (« faire barrage » à la mode du jour)

Perso, je ne peux pas « me casser » parce qu’il y a très longtemps que je suis parti, comme je ne peux pas boycotter une émission télé quand j’ai renoncé à la regarder depuis mon adolescence, ou écrire à Amazon pour protester que je suis « véner », car je me refuse à y être client, ni faire une journée sans supermarché car « j’ai la rage », je n’y pose jamais les pieds etc… Manière de dire que même pour des esprits moyens, ces débats là sont tranchés depuis, 10, 20 ans ou plus. Et aussi que j’observe donc avec un peu de commisération, ces gens bien installés comme Despentes faire leur numéro et tous les Castors embrayer et battre de la queue en donnant des leçons virtuelles.

Ce que je vois de plus clair, c’est qu’une société où les gens ne se battent pas, valident la domination et la consommation là où ils se trouvent au quotidien, mais ont besoin de grandes séances rédemptrices de leur mauvaise conscience (qui tient lieu de politique), dans lesquelles se prouver par la chaleur du groupe « que les méchants c’est pas nous » parce qu’ils appellent au lynchage d’un homme (d’un salaud si vous voulez) sur les réseaux sociaux. Wahou, quel courage, quel engagement ! Quelle prise de risque de tout votre petit être nerveux !

Dans le même temps, le gouvernement vient de leur octroyer une fin de vie précaire et souffrante à la place de la retraite, dans un monde qui brule et sera dans dix ans sans animaux ni plantes sauvages, et où leurs enfants seront esclaves, pucés, vidéo-surveillés, formatés dès l’enfance par le marché global et un Etat qui aura renoncé à tout, de l’éducation à l’hôpital, mais pas au LBD ni au contrôle des vies et des libertés, mêmes les plus intimes.

La présidentielle approche, et faute de préparation d’une alternative (ah pardon, ils « profitent » à ce moment là), on aura encore 5 années de type Sarko-Hollande-Macron, soit 20… La question réelle des enfants victimes de pédophilie aujourd’hui fait semblant de les animer, mais reste comme toujours en suspend.
Nombre de « dominants » vont faire leur shopping sexuel auprès des enfants de Thaïlande, des Philippines ou du Ghana — là, aujourd’hui, maintenant — sans que cela n’éveille l’intérêt des grandes âmes virtuelles et ne déchaine l’énergie facebookienne de nos Castors. Qui s’en foutent au fond, car ce n’est pas eux, leurs petites vies et leur petit sexe sacro-saint (la vulve, la vulve, le clitoris !) qui sont en jeu.

Mais que faisiez-vous à l’âge de votre belle énergie quand vous pouviez encore faire quelque chose ? On connait la réponse : « Putain, merde, chiasse, j’avais trop la rage et je chialais contre Polanski sur Internet… » Wahou ! Et tu avais le tee-shirt aussi « I hate Polanski, I kiffe Despentes » ?

Pour moi, j’y vois juste la génération rock années 80, Libé, Mitterrand, Balavoine, Cantat (ah ben non, plus Cantat… c’est ballot). Qui continue son interminable concert et son numéro de pleureuse en mode « La jeunesse emmerde le Front National ! » « Salut à toi le zapatiste, salut à toi le boat-people » Super. On se fait du bien… Et c’est vrai que c’est mieux que de crier « Dehors les étrangers ! » en tendant le bras…

Mais pendant ce temps ? Et après ?

« Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » disait Einstein.

Mais eux, comme ils ont voté Macron pour faire barrage quand Libé leur a donné l’ordre. A la même injonction du même journal qui a vérifié que les réflexe moutonniers étaient intacts, ils ont « fait »… Polanski ! A quand l’édition de la médaille commémorative les futurs glorieux anciens combattants ?

Langlois-Mallet

* Comme je l’ai beaucoup écrit, que la justice fasse son travail s’il y a lieu. Mais non, je ne comprends pas cette focalisation symbolique sur une histoire vieille de quarante ans ayant lieu aux US et ressortant maintenant comme le centre du monde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s