France. Notre petit coup de polish sur le cercueil des illusions LREM !

Dans la lignée de mon petit billet d’hier (sur le thème, pourquoi ils vont perdre), je pense qu’il ne faut pas hésiter avec le travail de fond de la société sur les LREM que nous connaissons ou pouvons croiser.

Sur les marchés, par mail, avec les connaissances, voir un ou deux amis, j’y vais très courtoisement, avec humour au besoin, mais avec l’intention de ne pas leur laisser d’illusion morale sur la façon dont est clairement perçue par la majorité des Français leur « collaboration » : Ils aiment se fantasmer en rempart au FN, ils en sont le chausse-pied, par bêtise et par calcul.

Je recommande la politesse la plus stricte, en raison justement du climat passionné (les propos un peu vifs, colère, il faut les garder entre nous), mais il faut bien qu’ils perçoivent la honte que l’on a pour eux de soutenir (souvent par intérêt, ce sont les mêmes que l’on croise parfois professionnellement dans les mêmes attitudes) les éborgneurs, qui sèment la détresse sur les plus fragiles dont ils n’ont (et ne veulent avoir) aucune idée des conditions de survie.

Des loups et des chèvres

Comme on l’a vu dans l’article du Figaro d’hier, les deux tiers de leurs députés craquent ou ont craqué, parce que la démoralisation est bien pire encore dans leurs soutiens, parmi les Marcheurs de base et autres tracteurs de marchés.
Ceux-là pensent leur obéissance et leur absence de réflexion servile légitime, comme ils ont appris à le faire depuis l’école, parce qu’ils croient faire le bien en « modernisant » la France comme une entreprise.

Je ne dit pas que le scrupule moral peut toucher les loups, ce tiers de DRH sadiques* – qui rêvent de nous licencier comme citoyens comme ils l’ont fait des employés – les fanatiques de leur carrière, les malades au stade ultime du besoin de parvenir (type Schiappa, Grivaux ou les deux Berger). Mélange de loups et de chèvres à qui les dents ont poussé tant qu’on a renoncé à changer les parquets. Irrécupérables.

Ils ont le gros karcher des médias et ne se privent pas de nous arroser tous azimut à jet serré; mais la bascule de l’opinion a eu lieu, nous sommes infiniment plus nombreux et plus déterminés parce qu’appuyés non pas sur un bénéfice égoïste, mais sur le respect des autres et de ce que nous avons de commun. Si une présidentielle peut se piper à la télé; une manif s’étouffer au gaz et au LBD; un temps de campagne municipale, ce sont des millions de petites interactions invisibles. Les nôtres.

Ne parions jamais sur la faiblesse de l’adversaire, n’attendons jamais le succès, mais comptons sur notre détermination tranquille; comme si se battre était plus beau quand c’est inutile. Les fruits nous éblouirons !

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s