Gilets-Jaunes. Macron : La marseillaise comme chant du départ

Redéguisé en Père-Noël ce soir, Macron peut bien, après le feu, mettre les boules à la démocratie, c’est son quinquennat qui sent le sapin.

La faiblesse et la lâcheté s’aboutissent dans la violence. Micron est faible, il est lâche; Mercure s’est fait arracher son déguisement de Jupiter et ses conseiller en com-édie auront bien du mal à lui inventer d’autres nippes pour son Deus ex Machina de ce soir.

Plus dégoûté que surpris tant, depuis le premier jour de sa candidature, je le dénonce comme le pire possible. Je m’étais consolé à l’époque en me disant que la France s’était injectée le virus qu’elle se devait d’affronter. Une bien mince espérance, aujourd’hui comblée…

Je n’en suis pas moins horrifié par cet alliage de la sociopathie du pouvoir et de l’argent, dont l’obstination a tué (dans l’indifférence générale puisqu’il s’agit d’une marseillaise arabe et non d’une bourgeoise du XVIe), fait pleuvoir un déluge de coups et blessures (trois lycéens éborgnés par des tirs à bout portant !) pour ne rien dire de la pluie de grenades interdites en démocratie sans que les médias ne cessent un seul instant, toute honte bue, de nous faire pleurer les vitrines (la palme de la carpette du jour à Florence Paracuelos du journal de 8h de France Inter, ouvrant sur les jérémiades d’une Marie-Ségolène de Bordeaux… qui « n’en peut plus »).

Les milliers d’arrestations préventives, la confiscation des masques et des lunettes (qui ne sont en aucun cas des armes) et les souffrances occasionnées en masse, nous disent que Micron est en passe de changer la nature du régime comme le souligne la Ligue des Droits de l’Homme, que cet homme fait sienne la vision mussolienne de la verticalité : « le peuple est une putain qui se donne au mâle le plus fort. » Gageons qu’il est passé de l’effroi à la jouissance.

Je ne sais pas si la violence et les blessés feront refluer cette colère samedi prochain ou si, invités — par qui devrait incarner la concorde et le dialogue — dans la surenchère malsaine d’une guerre des boutons mortelle, les Gilet-jaunes trouveront la parade vers l’escalade. Ce qui est certain c’est qu’en couvrant le volcan social spontané, après avoir étouffé celui des syndiqués au printemps, Micron, s’il parvient peut-être à étouffer un temps son grondement, nous prépare la déflagration cumulée à venir et ses dégâts.

Son quinquennat sali, ensanglanté. Son image de chef d’Etat dans le monde réduite en cendre comme une vulgaire Porsche Cayenne. La « Starup nation bottom-up » et sa fausse coolitude-cynique bloquée en erreur 404; l’orgie vulgaire de Noël et ses processions au Dieu 0,01% de PIB (pardon petit Jésus) arrêté d’urgence sous Prosac. Ses petits soldats LREM du parlement démoralisés, démonétisés, tricards dans leurs circonscription; lui-même quasiment interdit de sortie en France hors des centre villes. Paris enfin, ex-ville populaire révoltée violée, battue, humiliée, dénaturée, annexée par la gentrification, apparaissant aux yeux des télés du monde pour ce qu’ils en ont fait aujourd’hui : le dernier réduit obscène des privilégiés sous protection blindée…

Sont autant de victoires que les « révolutionnaires » en peau de lapin, imbus de lectures mal digérées et goinfre d’excommunication, n’ont jamais été capables d’obtenir; autant de cadeaux que les Gilets-Jaunes ont offert à notre fierté retrouvée.

Thank you Satan !

Langlois-Mallet

 

DtaYFSMXgAA95Cz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s