France. Le silence d’avant orages

Une chose me frappe depuis l’élection de Macron, c’est le vide, l’effet de sidération et d’abattement qui s’est emparé de la parole politique, nos meilleurs commentateurs Facebook compris. Personne n’a plus rien à dire et malheur à ceux dont le métier ou la raison sociale est de parler. Un épuisement que le grand orgasme, l’orgie de mots, de l’année présidentielle, ne suffit à expliquer.

Politiquement, le plus frappant c’est que ce vide touche en premier lieu les vainqueurs. La parole d’un roi déjà bunkerisé derrière des sondages catastrophiques, en est réduite à insulter ses sujets. Sa cour hésite entre se cacher ou étaler à l’Assemblée son ridicule.

Dans le même élan, ce qui servait de droite est démagnétisé, tué par le bonheur de voir son fantasme au pouvoir (« Macron, c’est moi en mieux » (Sarko dixit), mais… sans y être soi-même. Prouvant que le plus grand malheur de l’Homme reste de voir ses rêves se réaliser.

Ce qui se faisait appeler la gauche ressemble, au PS à un asile (en vente); tout contre lequel les écolo-hamonistes ont fondé leur hôpital de jour, destiné à soigner les grands brulés idéologiques à l’écologie sans songer à guérir les plus fous, les infirmiers, de leur appétit de pouvoir (qui n’a plus que leurs patients comme objet).

Le FN blessé à mort par le miroir de sa propre nullité se soignera en immolant le Philippot émissaire, coupable d’avoir mangé du couscous, et qui pour tourner le dos à une évolution souverainiste qui lui demande de penser plutôt que de haïr, revient à ses fondamentaux de la violence et du chef. Pour y survivre ou y mourir ?

Tout le monde voit facilement – ne serait-ce qu’à la violence des éditorialistes du régime – que la France Insoumise échappe au constat, grâce à un dynamisme parlementaire qui oblige le pouvoir – comme dans les meilleures dictatures assiégées – à couper les retransmissions télé du parlement sur F3. Mais encore notera t-on l’effet de démobilisation de cette délégation par défaut. Qui croit que la politique par délégation renaîtra ?

Alors tout ce monde, au balcon, en est réduit à regarder la rue. Les Français guettent, complices, la révolte, en espérant surtout que ce soit les autres qui la fasse…

Si elles aiment entendre râler à leur place le Mélenchon, on ne voit pas les masses françaises prêtes à lui confier le pouvoir, tant du moins que ne sera pas résolut le hiatus – un gouffre – entre un pays de petits épargnants rêvant de la propriété d’un pavillon et le tonitruant leader maximo rêvant d’un combat historique contre le Kapital.

A moins que le rapprochement ne viennent de l’élargissement de ce gouffre justement, dans un monde de tornades, de tremblements de terre, de cyclones, où chaque décret de commercialisation des pesticides tueurs du vivant propage le cancer de chacun, où le shérif des petits blancs déboussolés par la mort du XXe siècle se prépare à re-pulvériser atomiquement l’Asie alors que l’Orient vomit le chaos mortel que son pays y à semé; on peut penser que, combat politique et défense du pavillon en meulière, tendent irrésistiblement à « converger….»

Langlois-Mallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s